La piscine, un sujet qui fâche!!!


Cette entrée a été publiée le par .

Après avoir décidé de la fermeture de notre piscine suite à une gestion catastrophique de notre ville  Mme le maire , M. le président de la communauté de communes du coeur de l’avesnois face à la mobilisation importante de la population , face aux nombreux élus,rejoignent  le clan de celles et ceux d’entre nous qui avons été constants dans notre lutte contre la fermeture de la piscine.Nous avons décidé de le confirmer dans un article de presse que nous vous joignons.

–>Alors que deux projets de réouverture portés respectivement par Alain Poyart, président du Cœur de l’Avesnois, et Mickaël Hiraux, maire de Fourmies, ont fait surface, l’opposition prend position.

«  La solution de réouverture de Poyart, ça nous fait bien sourire  », ironise l’opposition avesnoise sur le thème du «  on vous l’avait bien dit »…

«  Il y a un an, on était les seuls à dire que la piscine allait fermer  », rappelle Saïd Ghézal. Les six élus de la liste Avesnes Autrement ont été aussi les seuls à voter contre la fermeture « quand la majorité du conseil municipal a acquiescé en baissant la tête devant la décision de madame la maire Marie-Annick Dezitter de fermer la piscine  ».

Ces petites précisions étant faites, le groupe d’élus a choisi de se positionner face aux deux projets de réouverture. Celui du maire de Fourmies, sous la forme d’un syndicat mixte de gestion couvrant trois piscines et une réouverture promise pour janvier 2017. Celui d’Alain Poyart, porté par une seule intercommunalité, pour une réhabilitation plus lourde et une piscine de nouveau accessible fin 2018. Sans hésitation : «  nous soutenons le projet de Mickaël Hiraux, plus viable et plus rapide  », déclare Pascal Forgez.

« Ça va faire plouf »

Les opposants rejettent net le projet du Cœur de l’Avesnois et de son président, candidat aux prochaines élections législatives. Ils l’accusent d’agir par pur intérêt personnel et politique. «  En juin, il n’a pas pris la mesure de la décision prise par le Cœur de l’Avesnois de rejeter la compétence piscine, il l’a minimisée. Et maintenant il se rend compte de l’impact catastrophique de la fermeture. Aujourd’hui, il s’en sert comme d’un tremplin politique  ». Pour preuve, cette coïncidence troublante selon Said Ghezal : «  le projet doit passer en conférence des maires le 11 octobre, et le lendemain, c’est lancement de sa campagne !  ». Les remarques fusent : «  Alain Poyart a été aux manettes de la ville durant 18 ans, il aurait pu faire quelque chose pour la piscine avant, non ? Son projet, c’est un Bigard bis et ça n’aboutira pas. Ça va faire plouf  ».

« Il est plus équitable que toutes les communes payent »L’opposition affiche sa préférence pour le projet Hiraux car «  plus équitable pour le territoire, puisque toutes les communes payent. Il apporte une réponse immédiate aux usagers, cela dénote d’une vraie volonté de vivre-ensemble et vivre-ici. L’idée de répartir les différentes utilisations entre les trois piscines est une bonne idée  », avance Pascal Forgez. L’élu souligne que le projet du maire de Fourmies «  reprend le scénario 0 de la Région et a le coût le plus économique pour la collectivité ». Pour l’opposition, c’est la seule solution pour redonner une certaine attractivité à la ville d’Avesnes et enrayer la spirale de la pauvreté. «  Il n’y a plus que 36 % de foyers imposables à Avesnes. L’objectif, c’est d’augmenter les bases d’imposition, mais pour cela il faut être une ville attractive, et pour les habitants et pour les entreprises  ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vérification de l\'utilisateur: *