Image de démocratie sur Avesnes.


Cette entrée a été publiée le par .

Avesnes-sur-Helpe

L’opposition quitte le grand salon de l’hôtel de ville en plein conseil municipal

L’opposition interdite de parole sur certaines questions polémiques quitte, ce jeudi soir, le grand salon de l’hôtel de ville en plein conseil municipal. L’examen des questions diverses n’a pas eu lieu. Ce conseil municipal aura été celui de la justification d’une maire à un peu plus de deux ans des municipales.

L’opposition municipale emmenée par Saïd Ghézal a quitté ce jeudi, à 19 h 14, le grand salon de l’hôtel de ville puisque Marie-Annick Dezitter refusait de lui accorder la parole à propos des remparts et autres polémiques. Ce conseil était bien celui d’une mise au point tout azimuts sur des conflits surgis ces dernières semaines, notamment au sein du monde associatif. Marie-Annick Dezitter s’est lancée dans un plaidoyer détaillé sur ces polémiques. Celle des associations d’abord où la première magistrate a rappelé tout ce que la ville met à disposition et finance pour les associations. Qu’il s’agisse des bâtiments ou qu’il s’agisse des subventions. Ou encore qu’il s’agisse de ses propres choix, sur son enveloppe de conseillère départementale, d’en allouer une partie à des associations avesnoises. Deuxième polémique, ce fut celle des jardiniers. «  Chaque allocataire peut payer cette somme en plusieurs fois  » a rappelé la maire. Troisième polémique, celle des remparts. «  Des petits malins se sont amusés à enlever les pierres. On a décidé de faire une réparation provisoire en parpaings par une entreprise. C’est une mise en sécurité qui va durer quelques temps car pour restaurer le rempart ça demande un dossier pour obtenir une subvention  ». C’est là que Saïd Ghézal demandant s’il serait possible de s’exprimer et a essuyé un refus. Et du coup s’est levé quittant la salle avec le restant de l’opposition.

La moutarde devait être montée au nez de Marie-Annick Dezitter depuis quelques temps, depuis surtout la distribution d’un tract de l’opposition en ville et disant que la politique municipale relevait de l’amateurisme. Marie-Annick Dezitter a, là encore, voulu laver l’honneur de son équipe refusant que ses coéquipiers soient qualifiés d’amateurs. «  Je ne l’accepte pas  ». Le conseil s’est poursuivi avec la majorité seule. Et sans aborder les questions diverses devant être posées par l’opposition. Et qui a fait dire à Alain Poyart, conseiller de la majorité, quittant le grand salon  : «  J’étais venu pour répondre sur l’implantation du Leclerc mais ça n’a pas été possible  ». Partie remise.

Compte-rendu la voix du nord suite au conseil municipal du jeudi 16 novembre 2017.

On nous interdit la parole dans un lieu de débat qu’est le conseil municipal…

Les vérités sont difficiles à entendre!!!

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vérification de l\'utilisateur: *